Idées de décoration de boomerang

Vous avez choisi un super plan, acheté votre matériau de construction et fabriqué votre petit bijou volant. Voici plein d’idées pour le décorer et en faire un objet vraiment unique… Donnez les vôtres en commentaires !

  1. Feutre souffleur
  2. Peinture sur liquide
  3. Peindre sans avoir à vernir
  4. Pochoir nature
  5. Pochoir avec grille
  6. Australien
  7. Mélange de styles
  8. Vernir son boomerang
  9. La peinture phosphorescente
  10. La pyrogravure
  11. Le boomerang siffleur
  12. Les images sur boomerang
  13. Le boomerang timbré

Feutre souffleur

Par Didier BERAL

Il s’agit d’un petit appareil muni d’une poire qui envoie un jet d’air sur la mine du feutre indélébile pour les petits détails.

déco au feutre souffleur
Boomerang décoré au feutre souffleur (Photo : Didier Beral)

Peinture sur liquide

Par Laurent BLANCHARD

J’ai lu un livre qui explique le moyen de faire une décoration à base de peinture sur un liquide (avec peu de finance mais beaucoup de temps) en posant de la peinture à huile sur de la colle à papier peint.

  • Mettre de la colle à papier peint dans un bac sur 2 cm de profondeur environ (la fluidité de cette colle est à doser suivant les résultats).
  • Diluer de la peinture à huile (j’ai pris de la peinture à maquette, ça ne marche pas avec de la glycéro) avec de l’essence de thérébentine (16F le litre).
  • Déposer des gouttes de cette peinture diluée sur la colle : elle reste en surface.
  • Avec un ou plusieurs clous faite des motifs avec la peinture (sans repasser trop de fois au même endroit). C’est à ce moment que l’on voit si la fluidité de la colle est suffisante pour garder les motifs.
  • Déposer votre boom en surface : la peinture se dépose sur le boom. (C’est à ce moment que l’on voit si la fluidité de la colle n’est pas trop importante bien que je n’est pas tout le savoir …)
  • Rincer à l’eau faiblement courante.
blanchard siffleur
Photo Laurent Blanchard

Remarques : Mettre des gants irrécupérables. Faire cela dehors car l’odeur reste une demi-journée dans un sous-sol aéré. Le bac est irrécupérable. Pour enlever la peinture restant sur la colle, y déposer une feuille de papier. La colle peut être réutilisée.

J’ai testé cette méthode qui prend du temps à la préparation et au nettoyage sur 5 boomerangs. Je suis sûr que l’on peut faire mieux en dosant correctement la fluidité de la colle. J’ai préalablement peint en blanc le boom.

Peindre sans avoir à vernir

Par Pierre KUTEK

Certaines peintures acryliques en aérosol donnent des résultats parfaits sans que l’on ait besoin de vernir : entres autres, je vous recommande les peintures TAMIYA (japonaises) qui existent en 3 variétés selon le type de support à peindre et les types de teintes. Elles sèchent remarquablement vite, la gamme de coloris est très vaste.

Inconvénient : chères (car 100 mL) et leur utilisation nécessite un « tour de main », ces peintures donnent des couches exceptionnellement fines mais ne tolèrent pas le sur-dosage…

Pochoir nature

Par Laurent FROMENT

Moi je fais pareil qu’avec les grilles mais avec des branches, de l’herbe, des feuilles etc…
Dans les tons verts, c’est très chouette : camouflage garanti ;o)))

décoration nature boomerang
décoration de boomerang avec un pochoir nature (Photo : Laurent Froment)

Pochoir avec grille

par Michel CHANAUD

Chaque fois que je passe à coté d’une décharge de ferraille, je recherche des grilles (métal ou matière plastique, ça ne manque pas : trous cylindriques, carrés, rectangulaires, de toutes formes et dimensions, grillages, ou tout autre motif).

Avec de la peinture en bombe, je me sers de ces grilles comme pochoir en les combinant, en décalant la même grille avec des couleurs différentes, en mettant la grille +/- près des pales, etc…

décoration boomerang avec pochoir
Photo : Michel Chanaud

Boomerang australien

par Laurent

Peindre à la façon des australiens : pour savoir comment on fait, regarder l’historique sur ce site. Puis le vernir avec du vernis à bois très résistant. Cela prend du temps (environ 10h) mais ça en vaut la peine !

Mélange de styles

Par Maxime GUYONNET

Pour ma part, ce que j’aime faire pour la décoration de mes booms, c’est associer sur un même boomerang la couleur de la peinture choisie (rouge, bleu, ….) et la couleur bois, la lasure : BONDEX (bien que attention, le BONDEX à proprement parler c’est le plus nul en termes de qualité). Je trouve que c’est un heureux mélange de styles entre le vieux et le moderne…

Vernir son boomerang

Par Renaud BRETON, Jean-Louis ORGUEIL et Didier BONIN 

Vernir son boomerang, ce n’est pas sorcier et en plus c’est efficace et beau, surtout sur les boomerangs en bois. La règle d’or : le vernis ne doit pas abîmer la décoration.

Attention notamment si vous avez utilisé une peinture à l’eau : n’utilisez pas de vernis glycéro ! Sinon, vous n’avez que l’embarras du choix : choisissez un vernis dans un magasin de bricolage, incolore ou teinté (selon votre goût).

Le vernis existe aussi maintenant en bombe comme la peinture, c’est pratique quand tu n’as que quelques booms à vernir (pas de pinceau à nettoyer, etc.).

Le conseil de Didier Bonin :

Après avoir essayé presque toutes les marques pendant dix ans, j’ai adopté les aérosols couleur et vernis de chez « Mr BRICOLAGE » :

  • c’est probablement la marque la moins chère
  • le séchage est très apide
  • le vernis ne reste pas collant comme avec certaines autres marques
  • il existe beaucoup de teintes, des fluos et aussi des bombes polyurétane pour faire des fonds blancs sur la bakélite et le polypro.

Pour avoir un beau brillant : bombez une première couche, attendez dix minutes avant la deuxième couche qui donnera le brillant final. Autre avantage du vernis Mr BRICOLAGE : il est très tolérant ! Que votre couleur de base soit fluo, glycéro ou acrylique, ce vernis synthétique sèche bien et ne provoque pas de réactions chimiques ou de vilaines craquelures…

La peinture phosphorescente

Pour faire des lancers de nuit, et surtout pour voir vos boomerangs, une solution simple et définitive est de les peindre avec de la peinture phosphorescente. Il suffit alors d’éclairer votre boomerang avec une source lumineuse de forte intensité (un flash d’appareil photo, les phares de votre voiture ou une lampe torche), et il sera lumineux le temps d’un ou plusieurs vols. On peut trouver de la peinture phosphorescente dans les magasins Nature et Découverte.

A propos de boomerangs lumineux, vous pouvez acheter chez Jeulin des booms lumineux en kit (tripale à profiler, circuit, fils, diodes, etc). Société JEULIN, BP 1900, 27019 Evreux cedex

La pyrogravure

Par Luc CORMIER

Pour les boomerangs en bois, poncer au papier de verre de plus en plus fin (finir avec du papier à l’eau grain 320 à 400), puis utiliser la pyrogravure.

Avec un jeux de pointes de différentes formes, on peut faire ce qu’on veut : des motifs aborigènes au non-figuratif. Une bonne dose de patience est toutefois nécessaire.

Passer un vernis incolore par dessus (mat ou brillant) au pinceau, le vernis en bombe ne vaut rien.

Le boomerang siffleur

Percer un trou au bout d’une pale et y glisser une douille de cartouche de fusil (calibre 22). L’ouverture de la douille doit dépasser de 1mm au-dessus du côté profilé de la pale. Cela siffle très bien.

On peut aussi prendre une perle en plastique creuse, la couper en 2 et faire un petit trou de 2mm de diamètre au sommet de la demi-sphère qui lui reste. Enfin, incruster cette demi-perle dans le boomerang de telle sorte qu’elle dépasse de peu du côte profilé. La perle fait caisse de résonance.

Les images sur boomerang

Par Jean-Marie GACHON

L’émulsion photographique tartinée sur boomerang. Ca s’achète en pot opaque de 200 à 360 mL, à n’ouvrir qu’en lumière inactinique (rouge/jaune labo). Le pot vaut environ 21€ et l’émulsion s’étale au pinceau comme une crème à bronzer. Exposer ensuite le boomerang émulsionné sous l’agrandisseur comme pour une photo et traiter dans les bains revelo+ fix.

Transfert d’émulsion : plonger vos polaroid dans de l’eau à 40 degrés avec un zeste d’acide acétique (ou une cuillère à café de vinaigre). Laisser le tout quelques heures sans y toucher. L’émulsion se sera alors détachée du support papier. Faire gaffe car très très fragile du fait que l’image sur émulsion ne fait que quelques microns d’épaisseur. Glisser le boo dans l’eau où baigne l’émulsion et positionner l’image. Le rendu définitif est superbe, très brillant avec de jolies plissures et surtout, toutes les transparences sont habillées des seules nervures du bois. Comme d’hab, vernir l’ensemble au polyuréthane, pour tanner et garantir la durée de vie de l’oeuvre.

Pour plus de détail sur le transfert d’émulsion, s’abonner a « P » magazine , trimestriel absolument gratuit de Polaroid BP 47 78391 Bois D’Arcy Cedex. 5 techniques de transfert d’émulsion sont détaillées dans le n° 10 de la revue « P » de Polaroid

Collage d’images issues de revues au support fin : découpez et collez sur le boo en faisant largement dépasser l’image sur l’intrados. Triple couche de vernis polyuréthane, ainsi l’épaisseur du collage sera à peine perceptible. Le résultat en jette un max et c’est le genre de boomerang qui se vend hyper bien.

Le boomerang timbré

Par Bertrand SOUYRIS

Une idée de déco souvenir (Eugène CINAL New Zealand 1996), un boomerang en bois bien poncé sur lequel vous collez des timbres du pays visité, puis vous vernissez abondamment pour fixer le tout. Selon le pays, çà peut avoir de la gueule… Si vous le postez, il est sûr de revenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lorem accumsan Phasellus nunc velit, vulputate, elit. ut diam eget commodo