Comment fabriquer un boomerang

Cette rubrique a pour objectif de vous donner les premiers conseils pour la fabrication de vos boomerangs. Dans les pages qui suivent, nous verrons plus en détails comment corriger les premiers défauts. Mais attention, rien ne vaut des essais sur le terrain !

Vous trouverez bien plus d’explications dans le livre « L’essentiel du boomerang ».

Pour débuter, analysons les trois points suivants :

  1. anatomie d’un boomerang
  2. découpe grossière
  3. finitions

Vous choisirez ensuite votre matériau pour construire le boomerang de vos rêves.

Et enfin, vous ferez un certain nombre de corrections et terminerez avec une déco originale.

Pour aller encore plus loin : faites des réglages comme les pros !

Anatomie

Un boomerang est constitué de 2 pales (ou plus) profilées comme des ailes d’avion. Elles sont reliées par le coude. Selon le sens de rotation, un bord va « attaquer » l’air, tandis que l’autre va le laisser « fuir » :

coupe de profil d'une pale de boomerang
Bord d’attaque et bord de fuite, intrados et extrados

Un boomerang de droitier tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, tandis qu’un boomerang de gaucher tourne dans le sens des aiguilles d’une montre.

La face située sur le dessus, nommée extrados, est celle qui se situera à l’intérieur de la trajectoire. Inversement, la face située sur le dessous, nommée intrados, qui est toujours plate (ou presque), se situera à l’extérieur de la trajectoire.

Découpe grossière

Avant de commencer, réunissez le matériel dont vous aurez besoin : votre planche de bois, une scie sauteuse (pour la découpe grossière), une râpe à bois (ou une ponceuse électrique) et des serre-joint, du papier de verre (à différentes épaisseur, jusqu’à très fin).

Orientez la planche de bois de manière à ce que le dessus du boomerang soit légèrement concave. Si votre planche est parfaitement plane, c’est que vous avez de la chance ! Une fois la forme du boomerang tracée à partir d’un plan, vous pouvez la découper grossièrement avec la scie sauteuse.

Affiner ensuite la découpe à l’aide d’une râpe ou d’une ponceuse électrique du style lime (Black et Decker 260 par exemple). Veiller à noter quels sont les bords d’attaque et les bords de fuite ! Un petit conseil à ce sujet : prendre un crayon à papier dans une main, et en gardant toujours le même écartement entre la mine et les doigts, tracer sur le dessus du boomerang des repères pour les profils de chaque pale.

découpe grossière des profils du boomerang

Le dessus du boomerang ne doit pas être profilé sur toute la largeur.

Le bord d’attaque reste petit (quelques mm), tandis que le bord de fuite occupe entre le tiers et la moitié de la largeur de la pale.

Le dessous du boomerang reste plat (pour l’instant : voir Premières corrections).

Ne pas poncer le bord d’attaque sur plus de la moitié de l’épaisseur. De même, le bord de fuite ne doit pas être coupant (sauf dans les films !) : laisser 1 à 2 mm d’épaisseur.

Très important : l’angle de ponçage doit être le plus constant possible. 45° pour le bord d’attaque, jusqu’au pli central de contreplaqué (les plis sont très utiles pour savoir jusqu’où on a ponçé). L’angle du bord de fuite est variable, mais cela doit rester plat.

Pour l’extrémité des pales, agir comme pour les bords de fuite. La jonction avec le bord d’attaque (de même qu’au coude) doit être très progressive, sans à-coups.

Finitions

Un long travail au papier de verre est nécessaire, en partant des gros grains jusqu’au papier très fin, afin de gommer les irrégularités de ponçage. Pour ça, les lignes que forment les plis du contreplaqué indiquent la régularité du travail :

bon profil
bon profil
mauvais profil
mauvais profil

Ne pas hésiter à passer du temps avec le papier de verre très fin, car le boomerang en vol est sensible aux irrégularités de surface. D’ailleurs, il est souvent utile de le repasser sur des vieux boomerangs qui ont pris des coups afin de polir la surface.

Maintenant que vous connaissez les bases, en plus des plans il vous faut un bon matériau de construction pour votre boomerang.

Si vous l’avez déjà, passez à la suite !

Corrections

Un boomerang est rarement réussi du premier coup. Il faut faire des essais et retoucher le boomerang en conséquence.

Choisissez un moment où le vent est faible ou nul pour faire vos essais. Faites attention à bien le lancer pour ne pas imputer un mauvais retour à la conception.

Pour aller plus loin, lisez :

Voici donc quelques conseils qui peuvent vous aider (ils sont toujours destinés à un droitier : un gaucher inversera droite et gauche).

Le boomerang fait un aller simple…

Ce n’est pas un boomerang mais un vulgaire bout de bois… Accentuez le ponçage des bords d’attaque et de fuite.

Il commence à revenir mais c’est encore trop loin

Peut-être pouvez-vous encore le poncer un peu. Sinon, c’est qu’il est un peu lourd pour sa forme. Gardez-le pour du grand vent ! Vous pouvez réessayer avec un matériau plus léger ou moins épais.

Il revient toujours sur la gauche

Si vous êtes sûr de votre tir, il faut faire un chanfrein. C’est une entaille sous le boomerang qui aura tendance à le faire remonter en fin de vol. Poncez légèrement sous la pale de droite du côté du bord d’attaque.

ponçage

Testez souvent, il ne faut pas non plus supprimer le bout de la pale !

Impossible de le faire décoller : il s’écrase

  • Vérifiez qu’il est bien plat. Vous pouvez tenter de redresser une pale, mais allez-y doucement ! Il faut toujours travailler avec une planche bien plane et sèche.
  • Le bord extérieur du coude est trop en fuite.
  • Réduisez le coude en ponçant la tranche.
coude à poncer

Il ne plane pas assez au retour

Poncez légèrement le dessous des bords d’attaque.

Voici pour vous guider dans vos essais :

influence profil
  • la surface A influe sur le plané et le retour
  • la surface B peut contrarier l’élévation et influe sur les capacités de rotation
  • la surface C influe sur le plané

Conclusion

Puissent ces quelques conseils vous suffire pour réaliser le boomerang de vos rêves… Sachez qu’il faut être patient et qu’on avance par tâtonnements, à force d’essayer. Enfin les réglages varient d’une forme à l’autre !

Pour aller encore plus loin : faites des réglages comme les pros !

Source : Topo construction et réglages de France Boomerang Association

efficitur. risus. sit suscipit massa leo. venenatis dictum