Comment régler un boomerang

Cette page est consacrée à toutes les techniques de réglages du boomerang que vous êtes en train de construire. Elle est tirée du splendide ouvrage de Didier BONIN « Ultimate Shapes et La Théorie des Formes ». Depuis, Didier et moi avons complété ces explications dans le livre « L’essentiel du boomerang ».

Votre boomerang ne peut pas revenir parfaitement dès son premier vol (ou alors vous êtes exceptionnel !), mais vous trouverez ci-dessous de nombreuses techniques pour l’améliorer :

Remarque : si vous êtes ici, c’est que vous avez déjà suivi les conseils de base pour construire un boomerang.

Comment agir sur un profil

Si vous réglez vos booms sur le terrain, voici quelques moyens d’augmenter ou de diminuer le rendement des profils.

Pour diminuer l’efficacité d’un profil

fig37

 On peut atténuer l’arête du bord d’attaque : l’effet obtenu sera léger. (fig. 37)

 On peut atténuer le profil en réduisant la largeur de la pale, côté bord de fuite : c’est efficace et facile à faire avec une lime. (fig. 38)

 Limer un chanfrein sous le bord de fuite est encore plus efficace… Attention à ne pas trop limer, sinon le retour du boom sera compromis ! (fig. 39)

 Des trous percés en bout de pale (6 à 8 mm) vont atténuer les forces aérodynamiques et parallèlement, faire perdre au boomerang sa rotation en fin de vol. (fig. 40)

Pour augmenter l’efficacité d’un profil

fig41

Un léger chanfrein sous le bord d’attaque est souvent bénéfique (fig.41)

Creuser l’intrados en bout de pale est très efficace et agréable pour le grip. On utilise cette méthode pour les boomerangs indoor de courte portée… (fig. 42)

Evitez de faire un bord de fuite trop large : les forces aérodynamiques seront de courte durée et le boomerang aura une fin de vol médiocre, voire plongeante avec certaines formes… Il faut alors diminuer l’épaisseur du profil pour qu’il redevienne correct. (fig. 43)

Les miracles du scotch

L’utilisation du scotch est rapide, efficace et courante pour les boomerangs de compétition. Le scotch toilé « Plasto » est idéal car il se déchire à souhait et laisse peu de traces, alors on le change de place…

Le scotch va changer le rendement de votre profil dans la zone où vous le collerez. Un scotch lisse aura peu d’effet alors que la feutrine aura un effet maximum, idéal pour faire des tests. Pour un réglage immédiat, le scotch toilé reste la meilleure solution.

La plupart du temps, le scotch va diminuer le rendement des forces aérodynamiques de votre boomerang donc augmenter légèrement la portée. Le scotch va également faire perdre au boomerang un peu de rotation en fin de vol. Il peut parfois augmenter les forces aérodynamiques en début de vol s’il est collé sur les bords d’attaque (fig. 44) mais la rotation diminuant, les forces aérodynamiques diminueront aussi en fin de trajectoire.

fig44

Pour rendre le boomerang plus lent et plus stable, on entoure souvent les pales comme sur la figure 45. Technique conseillée quand il y a du vent…

Voici maintenant une méthode très intéressante : il s’agit de mettre du scotch sur le bord de fuite seulement (fig. 46). On peut ainsi atténuer le rendement d’une pale à souhait. Dans le cas d’une forme neutre, on pourra agir sur une ou plusieurs pales sans trop perturber la hauteur de vol. Par contre, dans le cas d’une forme non-neutre, on pourra agir sur une seule pale si l’on recherche une trajectoire plus « plongeante » ou plus « montante » comme on l’a vu tout au long de cette Théorie des Formes.

Ce type de réglage peut être utile en compétition : il suffira de deux secondes pour mettre le petit morceau de scotch au bon endroit, pour régler la portée ou la hauteur de vol. Oui, bien sûr, on peut également mettre du plomb pour augmenter la portée d’un boomerang, mais n’oubliez pas que le plomb va aussi alourdir votre boomerang et accélérer sa rotation en fin de vol…

On peut aussi fabriquer de petits « flaps » (fig. 47). Attention : effet garanti mais capricieux. La perte de rotation en fin de vol peut être très efficace mais aussi désastreuse. Il ne faut pas hésiter à déplacer vos flaps tout le long de la pale pour trouver les meilleurs réglages.

  • Si vous collez les flaps en dessous (intrados) : le boomerang va tourner plus court, mais il va vite perdre sa rotation et plonger au sol.
  • Si vous collez les flaps au-dessus (extrados) : vous allez retarder les forces aérodynamiques et donc augmenter la portée du boomerang. Attention, trop de flaps ou des flaps trop longs, vous risquez de voir votre boom partir tout droit sans qu’il puisse amorcer la moindre courbe !

On peut aussi placer les flaps dans le prolongement du bord de fuite. Beaucoup de réglages sont possibles suivant les goûts de chacun, la force du geste, les conditions de vent, etc… Bonne chance !

Torsions : les mystères des dièdres et incidences

Notons avant tout que le terme « torsions » est le terme général pour parler de « dièdre » ou d' »incidence ». On peut aussi utiliser, pour l’action de donner de l’incidence, le terme de « vrillage ».

Il serait ici trop long de développer toutes les possibilités offertes par les torsions et on se limitera à quelques règles de base, dans la continuité de cette étude parlant avant tout de « forme ».

Après la conception de votre forme, le profilage et les retouches sur le terrain, le plombage et le scotchage, vous pourriez, en principe, vous passer de vrillage. Le vrillage doit être le dernier réglage, l’ultime geste car il est difficile à doser.

D’autre part, tout vrillage aura tendance à bouger car les matériaux que l’on utilise sont capricieux :

  • le polypropylène, très utilisé en compétition, se prête bien aux torsions
  • le contreplaqué demande un passage à la vapeur ou au micro-ondes (une quinzaine de secondes à puissance max) pour garder le réglage et il n’est pas garanti qu’il le garde toujours longtemps
  • la bakélite se tord bien à froid, mais peut se détordre aussi facilement lors d’un choc au sol ou un mauvais rangement dans votre sac.

Les incidences

Tous les livres d’aérodynamique expliquent que l’incidence fera varier le rendement de tout profil. Une pale sans profil pourra même donner des forces aérodynamiques si elle est bien vrillée !

De même, une pale bien profilée pourra voir ses forces aérodynamiques réduites à zéro si elle est mal vrillée !

Voyons cela en détail…

Incidence positive

incidence positive
incidence positive

Ce vrillage permet d’augmenter les forces aérodynamiques sur la pale choisie. Vous allez ainsi réduire la portée de votre boomerang. Mais attention à la perte de rotation en fin de vol. En fait, le regain de forces aérodynamiques sera de courte durée et la fin de vol sera souvent médiocre. Il est plutôt conseillé de bien doser ses profils au départ, dans la fabrication puis les retouches sur le terrain.

Incidence négative

incidence négative
incidence négative

Ce vrillage permet de diminuer les forces aérodynamiques d’une pale. Votre boom verra sa portée augmenter. Mais attention ! trop d’incidence négative annulera toute forces aérodynamique et votre boomerang risque souvent de manquer de retour, voire de partir carrément tout droit sans amorcer la moindre courbe. A utiliser donc rarement…

Les dièdres

Peu de théoriciens savent ceci : le dièdre crée une poussée sur les pales quand elles arrivent en position « horizontale », face au vent relatif (Allez relire « Les clés de la Théorie » si nécessaire !).

Par effet de précession gyroscopique, le dièdre va donc agir à l’inverse des autres forces et les compenser. C’est pourquoi un dièdre peut remédier à un effet plongeant ou montant dû à la forme.

Mais il faut savoir que tout dièdre provoque des réactions brutales et rapides qui vont souvent rendre tout vol instable…

Dièdre positif

Il est très utilisé. Il redresse souvent un boomerang qui a tendance à tomber. Mais trop de dièdre positif fera monter trop vite votre boomerang et le rendra instable.

Dièdre négatif

On l’utilise rarement. Il aide certains boomerangs à garder une trajectoire basse (boomerangs de vitesse).

Liens entre dièdre et incidence

Les dièdres et les incidences sont deux choses distinctes. Il existe cependant un lien surprenant et intéressant à connaître : pour certaines formes, en particulier bipales, il se passe la chose suivante :

En donnant du dièdre sur une seule pale, vous allez engendrer une incidence sur l’autre pale

En effet, après avoir dièdré une pale, le boomerang en vol va prendre une nouvelle assiette, provoquant une incidence sur l’autre pale… Le phénomène est courant (bien qu’ignoré de la plupart des lanceurs) pour les boomerangs MTA, qui sont très ouverts et fortement dièdrés.

Liens entre dièdres et lancer

Si un dièdre peut compenser une tendance à tomber ou à trop monter, il faudra systématiquement adapter votre geste à votre nouveau réglage. Le dièdre a tendance à mettre un boomerang à plat s’il est fortement positif ; il faudra donc placer votre boomerang plus haut et avec une inclinaison négative (Allez relire les Explications avancées du lancer si nécessaire !).

Boomerangs récalcitrants…

Il peut arriver qu’un boomerang soit impossible à régler malgré toutes vos tentatives au niveau du profilage, du plombage ou des torsions. Il ne vous reste alors qu’une seule solution : changez votre forme ! Quelques degrés de variation dans la courbe d’une seule pale peuvent parfois redonner vie à une forme qui ne voulait pas voler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

risus Donec at risus. elit. felis fringilla